People's Assemblies Network

News from Brussels and Beyond

| 1 Comment

July 10, 2011

The Outraged in Europe in their sights

Posted by Badi Baltazar original post  in French at Le Buvard Bavard and set out below in English and French.

 

 

Brussels is in turmoil in recent days. The summer started with a lot of City Aperos and festivals. The terraces are full to bursting and Bruxelles-les-Bains opened. Fair moved south and the Grand Place and its surroundings are packed with tourists / paparazzi speechless attributes of our national Ketje. It is true that I could devote a few lines to these events and the many funny things that will punctuate the summer without forgetting the endless cock fights backyard taking place in our national institutions, but it is that other issues seem more important as the news of citizen activism is responsible for: the various attempts to expel unworthy settlements Liège, the popular assemblies that continue to be held across the capital and the world, the thousands of people mobilized more than ever in Egypt, the delegations of outraged many European cities, who meet in Sunday, July 10 in Lisbon to participate in an International General Assembly which will also be citizens of Iceland which came from Gunnar Sigurdsson other (Open Forum of Civic Iceland) who will share the experience of participatory democracy in which the revolution gave birth Icelandic citizens and citizens of the tracks international collaborations, the indignant Greeks from Syntagma Square issued a warning addressed to the Troika, banks and investors following their People’s Congress on July 3 not to mention the news of the flotilla to Gaza and blocking revealing she is a victim.

Closer to home again, remember that while dozens of European citizens of the collective “Welcome to Palestine” have been denied access to flights Brussels / Tel Aviv and Paris / Tel Aviv on Friday morning under the pretext of be suspected of being terrorists sanguinolent power or whatnot, over thirty of them have nevertheless been able to pass through the cracks extended by airlines (including Swiss Air, Al Italia) which – it should be noted – have agreed to filter the flow of passengers from a list of “black” provided by the Israeli authorities. The Belgians, French, Spanish, Dutch and German have therefore been able to land in Tel Aviv were arrested by police on arrival at Ben Gurion Airport and are currently detained at the prison in Ramla Givon. Note that five children would be part of Belgian group. I’ll let you judge one of these illegal practices and revealing one again the violent and repressive policy of the Israeli government, not to mention the help of some private airlines have also European, demonstrating their helplessness, submission or complicity with the policy of the Zionist government. Even beyond the unacceptable that this is undemocratic machinations whose self-proclaimed “international community” is both an accomplice and partner, how can we accept that these decent people yesterday for their free movement in Europe, like you and me, are now illegally detained in Israeli prisons?

At Brussels airport

At the airport in Paris:

Message from the team of Michel Collon the Blotter decided to relay:
“Abdellah Boudami, co-author of Israel, let’s talk!, And other peace mission Welcome to Palestine are detained at the airport in Tel Aviv. To contact the Belgian Minister of Foreign Affairs: Steven Vanackere kab.bz @ diplobel.fed.be, +32 (0) 2.501.85.91 and the Belgian embassy in Tel Aviv: http://www.diplomatie.be/ TELAV ivfr, +972 3 6138130
Thank you for your support.”

These multiple information is now passed on and the opportunity given to you for you to investigate further, I suggest you take the time to dwell on the issue of Afghan refugees on hunger strike in Brussels while trying to understand the nature ties that may exist between them and the indignant Brussels. If I put this sensitive subject on the autopsy table, because as expected in my previous blotter, I went to Polygon Saturday. And that led to another, I spent the whole day. Lots of meetings and exchanges. Points of view in focus, I will try to describe what is happening so that you understand what’s happening behind the little about which the press has deigned to echo.

To be in the spatiotemporal context of the facts that will occupy us, you should know that the Afghan refugees in question represent a hundred people who had fled Afghanistan, a country at war for nearly 10 years (not counting the previous wars that this country has seen). Some of them are in Belgium for over 5 years, sometimes seven. They come from several ethnic groups living together as best they can in Afghanistan, the most important are the Pashtuns, Tajiks and Hazaras. Can be as divergent cultures and spiritualities, they joined forces in a common struggle for the administrative regulation. They have already tried a number of actions to enforce their rights and obligations of the Belgian authorities to accept them and allow them to regain the dignity to which every human being aspires. I could develop the reasons for their arrival in Belgium for hours, but I think most of you are well aware of the horror and inhumanity that these people have left to reach us.

Squat to squat, stock shares, of hope in disappointment, they never stopped fighting for recognition. On their way, they also met a Belgian lawyer a few years ago, Selma Ben Khelifa, herself married to an Afghan refugee. Over time, she earned their trust. It would be as far as I could get information from various sources, led to their decision to begin a hunger strike. She said this way imposed on them in order to put pressure on the authorities and public opinion. In parallel, many indignant on site are shared with me their concerns about the influence that their lawyer could have on their free will. This, I think so too, is not meaningless. Do not lose sight that these people do not have sufficient knowledge of the political systems of our societies. In a way, their lawyer is also their main reference, both spokesman and adviser. Deported from the Rue de la Concorde in Ixelles few weeks ago, some went to the camp of the Square in Moscow to meet the indignant. Given the urgency of their situation and in a spirit of solidarity, the unworthy and the Afghans were independently and jointly decided to occupy a building. This building bears the name of Polygon and is located in the heart of the capital to 227b of the Chaussee d’Ixelles. It once housed the offices of the Belgian television channel AB3.

Meanwhile, Indignant began organizing the daily life of Polygon, through workshops, meetings and setting daily according to a soup kitchen for example. But it goes without saying that the case of the hunger strikers is a central concern. A few days ago, the office of Minister Melchior Wathelet strikers offered to refugees to benefit, in exceptional circumstances, a residence permit C for a period of 6 months, whose renewal is subject to a number of conditions such as that can justify a job, which seems entirely inappropriate in this case. How could one imagine that these refugees, hunger strike for 40 days, could in the space of six months, find a health to enable them to go searching for a hypothetical job they probably never find? The fact remains that fifty of them have accepted the proposal of the Minister, that the note, made a conscious political decision without any legal body or parliament of the country is viewed. However, some 35 Afghan refugees have decided to refuse the proposal. They believe that the conditions attached thereto are unacceptable. For them, the authorities want to save time, it merely shifts the problem to later. Some of them have already gone through this kind of procedure and they know full well that they lead nowhere and each time they are faced with the same experience. For all these reasons, they decided to continue their action until the finish.

The owner, previously a supporter of the cause of the occupants, was contacted by the Office of the Minister who suggested to introduce an emergency remedies to enforce eviction of persons occupying the building, and the sub grounds that there should be a death, the owner would be civilly and criminally liable. Which, as you can imagine, did not fail to worry the owner who has made contact with the unworthy to prevent that if the Afghans strikers did not put an end to their action, it would be forced to allow police to evict all occupants of the building. Although it is not his wish, the owner does not want to risk being in a situation that could have serious consequences for him. What you will agree, is legitimate.

Following the People’s Assembly on Friday evening, the indignant reaffirmed their intention to continue the occupation of the polygon and have contacted the owner in order to reassure and inform him of their willingness to engage with the strikers. Until then, all agree. But it seems that opinions are divided about the outcome of actions. Some want to convince the strikers to stop their action saying that it is counterproductive because it is their health and their lives that they are hostage. The fact that they are willing to sacrifice their lives for their papers seem irrational and senseless. And others are of the view that it is their freedom and political act that they pose is quite sensible and they are solely responsible.

Minutes before the People’s Assembly that I attended on Saturday evening, the confirmation of a lawyer for the adequacy of threats from the Minister’s office fell. It is clear that under no circumstances, the owner could be held responsible for the death or health problems that may arise in his building, as no one can be recognized as responsible for a suicide that would place home. The only reason would be worried it could be due to the damage that could cause the building occupants, risks to which they are insured. In other words, it appears that the argument used by the Office of the Minister of Foreign Affairs to put pressure on the owner and ultimately the Afghans and the unworthy, is a poor lie. I guess you will agree that this finding is rather damning?

An important meeting is also the parade of ambulances that is impressive to say the least. Just for the day Saturday, the ambulance I could see action before the Popular Assembly of 20h would be said in its eighth day of the intervention. What is beginning to create problems of saturation in the services 100 and 101 according to the police officers with whom I spoke during one of them.

When the People’s Assembly, a dozen refugees who decided to stop the strike and three strikers with their representative were present. The session was an opportunity to read the information that each might have to share and find solutions with the Afghans to avoid the worst. Despite attempts to negotiate and explain that succeeded, the strikers reiterated their commitment to follow through on their action. They are aware of the serious risks they face but they are determined to continue their fight. They also thanked the indignation for the support and energy they testified. Following the People’s Assembly, the helplessness of indignant place was undeniable, although they do much to support the refugees. It is likely that important events take place in the coming days. I suggest you stay tuned if you feel like it. For it is clear in this emergency that the risk of expulsion or death are very important. And the position of the authorities deal with problems only supports the more sad.

That, I think I’ll put the pen here and hope that everything you read will be helpful for you to review or at least they have given you want to learn more and you too to relay the voice of countless citizens crushed under the weight of the single thought that we are used constantly. Feel free to discuss it around you, to take initiatives and to join this dynamic historical citizen, I hope, has not finished talking to her.

A word to the

Badi BALTAZAR

 

10 juillet 2011

Les Indignés d’Europe en ligne de mire

Publié par Badi Baltazar
Bruxelles est en effervescence ces derniers jours. L’été a débuté avec son lot d’Apéros Urbains et de festivals. Les terrasses sont pleines à craquer et Bruxelles-les-bains a ouvert ses portes. La Foire du Midi s’installe et la Grand-Place et ses alentours sont bondés de touristes/paparazzi sans voix devant les attributs de notre ketje national. Il est vrai que je pourrais consacrer quelques lignes à ces évènements et aux nombreuses joyeusetés qui vont rythmer la période estivale sans oublier bien sûr les sempiternels combats de coqs de basse-cour qui se déroulent au sein de nos institutions nationales, mais il se fait que d’autres sujets me paraissent bien plus importants tant l’actualité du militantisme citoyen est chargée : les diverses tentatives d’expulsions des campements d’Indignés liégeois, les assemblées populaires qui continuent à se tenir aux quatre coins de la capitale et du monde, les milliers de personnes plus que jamais mobilisées en Egypte, des délégations d’indignés de plusieurs villes européennes qui se réunissent en ce dimanche 10 juillet à Lisbonne pour participer à une Assemblée Générale Internationale à laquelle seront également présents des citoyens venus d’Islande dont entre autres Gunnar Sigurdsson (Open Civic Forum of Iceland) qui y feront part de l’expérience de démocratie participative à laquelle la révolution citoyenne islandaise a donné naissance ainsi que des pistes de collaborations citoyennes internationales, les Indignés Grecs de la place Syntagma ont publié un avertissement adressé à la Troïka, aux banques et aux investisseurs suite à leur Assemblée populaire du 3 juillet dernier sans oublier l’actualité de la flottille vers Gaza et le blocage révélateur dont elle est victime.
Plus proche de nous encore, rappelons qu’alors que des dizaines de citoyens Européens du collectif “Bienvenue en Palestine” se sont vu interdir l’accès aux vols Bruxelles/Tel-Aviv et Paris/Tel-Aviv de ce vendredi matin sous prétexte d’être suspectés d’être des terroristes sanguinolants en puissance ou que sais-je encore, plus d’une trentaine d’entre eux ont néanmoins pu passer à travers les mailles du filet tendu par des compagnies aériennes (dont Swiss Air, Al Italia) qui – il faut le noter – ont accepté de filtrer le flux des passagers sur base d’une liste “noire” fournie par les autorités israéliennes. Les citoyens belges, français, espagnols, hollandais et allemands ayant donc pu atterrir à Tel-Aviv ont été interpellés par la police à leur arrivée à l’aéroport Ben Gourion et sont actuellement détenus à la prison Givon de Ramla. A noter que 5 mineurs belges feraient partie du groupe. Je vous laisse seul juge de ces pratiques illégales et révélatrices un fois encore du caractère violent et répressif de la politique du gouvernement israélien, sans oublier le concours de certaines compagnies aériennes privées européennes qui ont elles aussi, démontrer leur impuissance, leur soumission ou leur complicité avec la politique du gouvernement sioniste. Au-delà même de l’inadmissible que constitue cette machination antidémocratique dont l’autoproclamée “Communauté Internationale” est à la fois complice et commanditaire, comment peut-on décemment accepter que ces citoyens hier encore libres de leur mouvement en Europe, comme vous et moi, soient aujourd’hui illégalement détenus dans des prisons israéliennes ? 

A l’aéroport de Bruxelles :

A l’aéroport de Paris :

Message de l’équipe de Michel Collon que le Buvard a décidé de relayer :

Abdellah Boudami, co-auteur du livre Israël, parlons-en!, et d’autres pacifistes de la mission Bienvenue en Palestine sont retenus à l’aéroport de Tel-Aviv. Pour contacter le ministre belge des Affaires étrangères: Steven Vanackere,kab.bz@diplobel.fed.be, +32 (0)2.501.85.91 et l’ambassade belge à Tel-Aviv: http://www.diplomatie.be/telav​ivfr, +972 3 6138130

Merci pour votre soutien.

Ces multiples informations étant à présent relayées et la possibilité vous étant donnée de vous y intéresser plus en détail, je vous propose de prendre le temps de nous arrêter sur la problématique des réfugiés afghans grévistes de la faim à Bruxelles tout en essayant de comprendre la nature des liens qui peuvent exister entre eux et les Indignés bruxellois. Si je mets ce sujet sensible sur la table d’autopsie, c’est parce que comme prévu dans mon précédent buvard, je me suis rendu au Polygone ce samedi. Et que de fil en aiguille, j’y ai passé toute la journée. Des tas de rencontres et d’échanges. De points de vue en points de mire, je vais tenter de vous décrire ce qui s’y passe afin que vous compreniez ce qui se trame derrière les peu de propos dont la presse a daigné se faire l’écho. 

Pour vous situer dans le contexte spatio-temporel des faits qui vont nous occuper, vous devez savoir que les réfugiés afghans dont il est question représentent une centaine de personnes ayant fui l’Afghanistan, pays en guerre depuis bientôt 10 ans (sans compter les précédentes guerres dont ce pays a été le théâtre). Certains d’entre eux sont en Belgique depuis plus de 5 ans, parfois même 7. Ils sont issus des plusieurs ethnies cohabitant tant bien que mal en Afghanistan, dont les plus importantes sont les Pachtouns, les Tadjiks et les Hazaras. Aussi divergentes puissent être leurs cultures et leurs spiritualités, ils ont uni leurs forces dans une lutte commune pour la régularisation administrative. Ils ont déjà tenté toute une série d’actions pour faire valoir leurs droits ainsi que les obligations des autorités belges à les accueillir et à leur permettre de retrouver la dignité à laquelle chaque être humain aspire. Je pourrais développer les raisons qui motivent leur arrivée en Belgique pendant des heures, mais je pense que la majorité d’entre vous se rend bien compte de l’horreur et de l’inhumanité que ces gens ont quitté pour arriver chez nous.

De squat en squat, d’actions en actions, d’espoir en désillusion, ils n’ont jamais cessé de se battre pour être reconnus. Sur leur route, ils ont aussi rencontré une avocate belge il y a quelques années, Selma Ben Khelifa, elle-même mariée à un réfugié afghan. Au fil du temps, elle a gagné leur confiance. Elle serait d’après ce que j’ai pu obtenir comme informations auprès de diverses sources, à l’origine de leur décision d’entamer une grève de la faim. Selon elle, ce moyen s’impose à eux pour pouvoir faire pression sur les autorités compétentes et l’opinion publique. En parallèle, de nombreux Indignés sur place font m’ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’influence que leur avocate pourrait avoir sur leur libre-arbitre. Ce qui, je le pense aussi, n’est pas dénué de sens. Ne perdons pas de vue que ces gens n’ont pas une connaissance suffisante des systèmes politiques de nos sociétés. En quelques sorte, leur avocat est aussi leur principal repère, à la fois porte-parole et conseillère. Expulsés de la rue de la Concorde à Ixelles il y a quelques semaines, certains se sont rendus au campement du Carré de Moscou à la rencontre des Indignés. Face à l’urgence de leur situation et dans un esprit de solidarité, les Indignés et les Afghans se sont indépendamment et conjointement décidés à occuper un bâtiment. Ce bâtiment porte le nom de Polygone et se situe en plein de coeur de la capitale, au 227b de la Chaussée d’Ixelles. Il abritait jadis les locaux de la chaîne de télévision belge AB3.

Parallèlement, les Indignés ont commencé à organiser la vie quotidienne du Polygone, par des ateliers, des assemblées quotidiennes et la mise en fonction d’une cuisine populaire par exemple. Mais il va s’en dire que le cas des grévistes de la faim est au centre des préoccupations. Il a quelques jours, le cabinet du Ministre Melchior Wathelet a proposé aux réfugiés grévistes de bénéficier, à titre exceptionnel, d’un permis de séjour C d’une durée de 6 mois, dont le renouvellement est sujet à une série de conditions telles que celle de pouvoir justifier d’un emploi, ce qui semble totalement inapproprié dans le cas présent. Comment pourrait-on imaginer que ces réfugiés, en grève de la faim depuis 40 jours, pourraient en l’espace de 6 mois, retrouver une santé qui leur permettrait de se mettre à chercher un hypothétique travail qu’ils ne trouveront sans doute jamais ? Il n’en demeure pas moins qu’une cinquantaine d’entre eux ont accepté la proposition du Ministre, qui notons le, a délibérément pris une décision politique sans qu’aucun organe juridique ou parlementaire du pays ne soit consulté. En revanche, quelque 35 réfugiés afghans ont décidé de refuser la proposition. Ils estiment que les conditions dont elle est assortie sont inacceptables. Pour eux, les autorités veulent gagner du temps, elle ne font que déplacer le problème à plus tard. Certains d’entre eux sont déjà passé par ce genre de procédure et ils savent pertinemment qu’elles ne mènent à rien et qu’à chaque fois, ils se retrouvent face aux même constat d’échec. Pour toutes ces raisons, ils ont décidé de poursuivre leur action jusqu’au finish.

Le propriétaire des lieux, jusqu’alors sympathisant de la cause des occupants, a été contacté par le cabinet du Ministre qui lui a suggéré d’introduire un recours en extrême urgence pour permettre l’expulsion des personnes qui occupent le bâtiment, et ce sous prétexte que s’il devait y avoir un mort, le propriétaire serait civilement et pénalement responsable. Ce qui, vous l’imaginer bien, n’a pas manqué d’inquiéter le propriétaire qui a donc prit contact avec des Indignés pour les prévenir que si les Afghans grévistes ne mettaient pas un terme à leur action, il serait contraint de permettre à la police d’expulser tous les occupants du bâtiment. Bien que ce ne soit pas son souhait, le propriétaire ne veut pas prendre le risque de se retrouver dans une situation qui pourrait avoir de graves conséquences pour lui. Ce qui, vous en conviendrez, est légitime.

Suite à l’Assemblée Populaire de ce vendredi soir, les Indignés ont réaffirmé leur intention de poursuivre l’occupation du Polygone et  ils ont contacté le propriétaire afin de le rassurer et de lui faire part de leur volonté de nouer le dialogue avec les grévistes. Jusque-là, tous sont d’accord. Mais il semble que les avis soient partagés quant à l’issue des actions entreprises. Certains veulent convaincre les grévistes d’arrêter leur action estimant que celle-ci est contreproductive car c’est leur santé et leur vie qu’ils mettent en otage. Le fait qu’ils soient prêts à sacrifier leur vie pour obtenir des papiers leur semble irrationnel et insensé. Et d’autres sont plutôt d’avis qu’il s’agit de leur liberté et que l’acte politique qu’ils posent est tout à fait sensé et qu’ils en sont les seuls responsables.

Quelques minutes avant l’Assemblée Populaire à laquelle j’ai assisté ce samedi soir, la confirmation d’un avocat quant à la pertinence des menaces émanant du cabinet du Ministre est tombée. Il en ressort clairement qu’en aucun cas, le propriétaire ne pourrait être considéré comme responsable de la mort ou des problèmes de santé qui pourraient survenir dans son bâtiment, tout comme personne ne peut être reconnu comme responsable d’un suicide qui se serait déroulé chez lui. L’unique raison pour laquelle il pourrait être inquiété serait due aux dégâts que le bâtiment pourrait causer aux occupants, risque pour lequel il est assuré. En d’autres termes, il ressort que l’argument utilisé par le Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères pour faire pression sur le propriétaire et in fine, sur les Afghans et les Indignés, est un piètre mensonge. Je suppose que vous conviendrez que ce constat est plutôt accablant ?

Un élément important à relever également est le défilé des ambulances qui est pour le moins impressionnant. Rien que pour la journée de samedi, l’ambulancier que j’ai pu voir intervenir avant l’Assemblée Populaire de 20h aurait affirmé en être à sa 8ème intervention de la journée. Ce qui commence à créer des problèmes de saturation au niveau des services 100 et 101 d’après les agents de police avec qui j’ai pu m’entretenir au cours d’une d’entre elles.

Lors de l’Assemblée Populaire, une dizaine de réfugiés ayant pris la décision d’arrêter le grève ainsi que 3 grévistes dont leur représentant étaient présents. La session fut l’occasion de prendre connaissance des informations que chacun pouvait avoir à partager et des solutions à trouver avec les Afghans pour éviter le pire. Malgré les tentatives de négociation et d’explication qui se sont succédées, les grévistes ont réaffirmé leur volonté d’aller jusqu’au bout de leur action. Ils sont conscients des risques graves qu’ils encourent mais ils sont déterminés à poursuivre leur combat. Ils ont par ailleurs tenu à remercier les Indignés pour le soutien et l’énergie dont ils ont témoigné. Suite à l’Assemblée Populaire, le sentiment d’impuissance des Indignés sur place était indéniable, bien qu’ils fassent beaucoup pour soutenir les réfugiés. Il est fort probable que des évènements importants aient lieu dans les jours qui viennent. Je vous suggère de rester à l’écoute si le coeur vous en dit. Car il paraît évident dans cette urgence que le risque d’expulsion ou encore de décès sont très importants. Et la position des autorités face aux problèmes ne fait qu’appuyer d’avantage ce triste constat.

Voilà, je pense que je vais poser le stylo ici en espérant que tous les éléments dont vous avez pris connaissance vous seront utiles pour vous faire votre opinion ou du moins qu’ils vous auront donné envie d’en savoir plus et de vous aussi vous faire relai des innombrables voix de citoyens écrasées sous le poids de la pensée unique que l’on nous sert en permanence. N’hésitez pas à en débattre autour de vous, à prendre des initiatives et à vous joindre à cette dynamique citoyenne historique qui, je l’espère, n’a pas fini de faire parler d’elle.

A bon entendeur,

Badi BALTAZAR

One Comment

  1. CADENA DE MENSAJES:

    Se ha propuesto en acampadavigo, y también en la lista de NLV, “escribir en todos los billetes que usemos la leyenda “Democracia real ya!!”.
    Se ha propuesto escribir la frase en Inglés (“Real Democracy Now!”)ya que en Europa hay alrededor de 500.000.000 de habitantes, y nuestros billetes giran por todo el mundo. También se ha propuesto escribirlo al estilo Twitter: #democraciarealya #spanishrevolution Todas ellas son válidas. Lo importante es hacerlo de verdad y habitualmente y no dejar que caiga en saco roto.

    Si te preocupa que no los acepten, se pueden cambiar en el banco. Los billetes de banco no se invalidan por contener escrituras, sellos tampones o marcajes. Sólo quedan inutilizados si se destruye más del 50% de la pieza.

Leave a Reply

Required fields are marked *.